Les petits travaux de l’été…

Certains pensent que la municipalité délaisse ses faubourgs lointains du sud du moulin.
Ces mauvaises langues ont été contredites par l’arrivée des services municipaux à l’Anerie ; afin de ralentir la vitesse des véhicules, la mairie avait décidé de placer des gabions pour rétrécir la voie. En oubliant juste un détail : cette voie est déjà étroite.  
A un point tel que des élargissements ponctuels ont été aménagés pour que les véhicules puissent se croiser.
Et, plutôt que de rembarquer les gabions, la mairie les a posés au seul endroit possible, c’est-à-dire juste sur l’élargissement destiné au croisement des véhicules !
En moins de 48 heures, mal placés, les gabions sont déjà moins fringants.
Finalement, tout a été retiré…
Encore une illustration de ce qui se passe trop souvent à Lancieux : à partir d’une idée louable (améliorer la sécurité routière), le manque de compétences et de concertation conduit à une décision concrète inadaptée.

Autre dossier, les travaux de viabilisation du lotissement des poissonniers 2 organisés par la mairie.

Premier chantier : enlever la terre. Mais où la déposer ? En partie sur un terrain classé zone humide sur lequel, via son PLU de 2019, la mairie a strictement interdit tout remblais ! 
Encore une erreur qu’une concertation avec les habitants intéressés aurait sans doute évité.

Une bonne initiative tout de même à mettre au crédit de la municipalité : des panneaux de limitation à 30 km/h ont été installés avant l’entrée des hameaux. 

Interrogations relatives aux panneaux photovoltaïques à Lancieux

Une habitante de Lancieux nous a signalé que, depuis 2019, un texte de loi (art L211-16) ne permet plus aux communes de s’opposer frontalement à l’installation de panneaux photovoltaïques sur les toitures.

A rebours de cette disposition, le règlement du futur lotissement communal “les poissonniers 2” à Lancieux stipule que “la pose de panneaux solaires ou photovoltaïques ne sera pas autorisée en façade principale de la construction mais uniquement sur la façade arrière ou sur un volume secondaire(art. 11b) .

De même, le plan local d’urbanisme de Lancieux, pourtant récemment révisé, précise que :  Les panneaux solaires et photovoltaïques doivent être positionnés sur les bâtiments annexes et ne pas être visibles depuis l’espace public”.

Face à ces directives locales ignorantes des enjeux énergétiques et des avancées législatives en matière d’énergies renouvelables, nous avons saisi le sous-préfet des Côtes d’Armor ainsi que la maire de Lancieux pour faire évoluer la réglementation municipale.

Les réponses de l’un et de l’autre sont édifiantes… (voir ci dessous).

En substance, le sous-préfet, représentant de l’État, n’entend pas déranger la mairie tandis que la maire de Lancieux, en une phrase laconique, évacue le sujet sine die.

A l’heure des beaux discours locaux et nationaux sur la nécessaire transition énergétique, la réalité est hélas tout autre. Lamentable !

 


Courrier au sous-préfet et réponse

Courrier à la maire de Lancieux et réponse


COURRIER AU SOUS-PRÉFET DES COTES D’ARMOR

Lancieux, le 27 juin 2022
Objet : Interrogations relatives aux panneaux photovoltaïques à Lancieux
Monsieur le Sous-Préfet,
Notre Association souhaite apporter sa contribution à la vie communale, principalement dans les domaines sociaux et environnementaux.
Nous avons été interpellés au sujet de l’application à Lancieux de l’article L111-16 du Code de l’urbanisme, dont la modification de novembre 2019 tend à favoriser l’installation de panneaux photovoltaïques.
Bien que datant de plus de 18 mois, les nouvelles dispositions de la loi n’ont eu aucune conséquence sur le PLU actuel de Lancieux. Celui-ci prévoit, dans les dispositions générales sur le bâti existant (règlement page 34), que “Les panneaux solaires et photovoltaïques doivent être positionnés sur les bâtiments annexes et ne pas être visibles depuis l’espace public”.
Des dispositions analogues sont reprises dans le récent projet de règlement du lotissement Poissonniers 2 qui prévoit (art. 11b) que “la pose de panneaux solaires ou photovoltaïques ne sera pas autorisée en façade principale de la construction mais uniquement sur la façade arrière ou sur un volume secondaire”. Que penser d’une telle disposition dans un territoire où, quand cela est possible, l’orientation de la façade vers le sud est à juste titre privilégiée ?
Lancieux ne bénéficie pas d’un PLUI qui aurait apporté la compétence nécessaire au suivi complexe des textes d’urbanisme. De ce fait, nous nous interrogeons sur ce qui peut être fait pour décliner concrètement  les dispositions nationales en faveur de l’environnement dans notre petite commune.
Nous observons d’ailleurs que des pétitionnaires renoncent à présenter formellement des projets de panneaux, car ils n’envisagent pas d’entamer une procédure à l’encontre de la municipalité avec laquelle ils souhaitent, légitimement, garder de bonnes relations.
Tout cela nous amène, Monsieur le Sous-Préfet, à vous adresser ce courrier en espérant que, dans le respect des responsabilités de chacun, il vous soit possible d’intervenir pour que les mesures environnementales décidées nationalement puissent être effectivement mises en œuvre à Lancieux.
Veuillez agréer, Monsieur le Sous-Préfet, l’expression de nos respectueuses salutations.
Pour l’association Lancieux Citoyenne, 
Vincent Gazeilles, président ; Bernard Dubois, secrétaire. 
contact@lancieuxcitoyenne.fr

RÉPONSE DU SOUS-PRÉFET

Monsieur le Président, 
Monsieur le Secrétaire,
A juste titre, vous évoquez les responsabilités de chacun. La mienne consiste à vérifier la légalité des actes administratifs des communes.
En revanche, en respectant la libre administration collectivités inscrite dans la Constitution, il ne me revient pas de dire à une commune ce qu’elle devrait faire. En l’occurence, les dispositions du Code de l’urbanisme que vous évoquez ne constituent pas des obligations. 
Concernant par ailleurs le délai de dix-huit mois que vous évoquez, il reste assez court par rapport à un document d’urbanisme dont les révisions nécessitent du temps.
En conséquence, ne pouvant intervenir sur ce sujet, je ne peux que vous inviter à vous adresser au Maire de la commune.
Bien sincèrement, 
Bernard Musset 
Sous-Préfet de Dinan

COURRIER A LA MAIRE DE LANCIEUX

Lancieux, le 26 juin 2022
Objet : Panneaux photovoltaïques à Lancieux
Madame le Maire,
Nous souhaitons attirer votre attention sur l’article L111-16 du Code de l’urbanisme, dont la modification de novembre 2019 tend à favoriser l’installation de panneaux photovoltaïques.
Nous sommes conscients que le suivi des textes d’urbanisme est complexe, mais, comme vous le savez, nous sommes attachés à la déclinaison concrète, dans notre belle petite commune, de toutes les dispositions prises nationalement en faveur de l’environnement.
Nous vous demandons donc, en application de l’article sus-visé, de supprimer les dispositions de l’article 11b défavorables à l’installation de panneaux solaires du projet de règlement du lotissement Poissonniers 2.
Plus globalement, nous vous demandons de prendre les dispositions nécessaires pour rendre caduque la phrase du règlement du PLU (page 34) “Les panneaux solaires et photovoltaïques doivent être positionnés sur les bâtiments annexes et ne pas être visibles depuis l’espace public”.
Restant à votre disposition pour discuter de ce sujet avec vous, veuillez agréer, Madame le Maire, l’expression de nos respectueuses salutations.
Pour l’association Lancieux Citoyenne, 
Vincent Gazeilles, président ; Bernard Dubois, secrétaire. 
contact@lancieuxcitoyenne.fr

RÉPONSE DE DELPHINE BRIAND, MAIRE DE LANCIEUX

Messieurs,

J’ai bien pris connaissance de votre courrier.
 Les éventuelles évolutions réglementaires seront à l’étude lors d’une future modification ou révision du PLU.

Cordialement,

BRIAND Delphine

Maire de LANCIEUX


Article L111-16

Version en vigueur depuis le 10 novembre 2019

Modifié par LOI n°2019-1147 du 8 novembre 2019 – art. 45

Nonobstant les règles relatives à l’aspect extérieur des constructions des plans locaux d’urbanisme, des plans d’occupation des sols, des plans d’aménagement de zone et des règlements des lotissements, le permis de construire ou d’aménager ou la décision prise sur une déclaration préalable ne peut s’opposer à l’utilisation de matériaux renouvelables ou de matériaux ou procédés de construction permettant d’éviter l’émission de gaz à effet de serre, à l’installation de dispositifs favorisant la retenue des eaux pluviales ou la production d’énergie renouvelable, y compris lorsque ces dispositifs sont installés sur les ombrières des aires de stationnement. Le permis de construire ou d’aménager ou la décision prise sur une déclaration préalable peut néanmoins comporter des prescriptions destinées à assurer la bonne intégration architecturale du projet dans le bâti existant et dans le milieu environnant.
La liste des dispositifs, procédés de construction et matériaux concernés est fixée par décret.

Réunion énergie à Lancieux le 11 mai 2022

Réunion publique concernant l’énergie portée par l’association Émeraude transition Énergétique et Centrale Villageoise Rance Émeraude.

Il est urgent d’économiser l’énergie et de développer une production d’énergie renouvelable à l’échelle du territoire.

Venez soutenir et investir dans ces projets citoyens d’énergie renouvelable locale et inciter la mairie de Lancieux, pour le moment opposée à l’énergie solaire, à changer d’avis.

voir aussi

http://emeraudetransitionenergetique.fr/

et

https://rance-emeraude.centralesvillageoises.fr/

 

Question relative à la position des ABF concernant les panneaux solaires en toiture

A l’attention du directeur de l’unité départementale de l’architecture et du patrimoine des côtes d’Armor

Lancieux le 2 mai 2022

Monsieur le Directeur

Nous sommes une association lancieutine investie dans le développement démocratique et écologique de notre commune.

En particulier, nous sommes favorables à l’installation de panneaux photovoltaïques en toiture.

Or de nombreux projets avortent à Lancieux, la mairie expliquant notamment aux intéressés que tout panneau est proscrit dans le périmètre soumis à l’avis du service des Architectes des Bâtiments de France.

Dans le contexte actuel de nécessité d’économies d’énergie et de production locale d’électricité, nous sommes surpris de cette position des ABF, telle que la présente la municipalité.

Tout en comprenant parfaitement que l’examen de chaque projet situé dans le périmètre ABF soit fait en fonction des circonstances particulières du lieu, nous nous interrogeons sur la politique générale des services des ABF relative à la transition énergétique et, en particulier, aux panneaux photovoltaïques.

En espérant une réponse de votre part qui puisse dissiper d’éventuels malentendus sur les responsabilités des ABF, nous vous adressons, Monsieur le Directeur, l’expression de nos respectueuses salutations.

Pour l’association Lancieux Citoyenne,
Vincent Gazeilles, président
Bernard Dubois, secrétaire.

Enquête de Cash investigation concernant le groupe Korian. Pas rassurant pour Lancieux.

L’équipe de France Télévision a mené une enquête sur les pratiques des groupes privés gérant les établissements pour personnes âgées.

https://www.francetvinfo.fr/replay-magazine/france-2/cash-investigation/cash-investigation-du-mardi-1-mars-2022_4951047.html

Un reportage très instructif, notamment sur la démarche du groupe Korian, groupe avec lequel, via leur filiale Âges et Vie, la mairie a engagé des discussions en vue de la construction et de la gestion d’une future maison de retraite à Lancieux. Pas rassurant…

De nouveau, nous plaidons pour que d’autres acteurs, notamment des acteurs publics ou associatifs, soient sollicités pour travailler à un projet utile à nos anciens, quels que soient leurs revenus.

La société Age et Vie qui appartient depuis 2018 au groupe Korian va, tôt au  tard, devoir satisfaire aux exigences des actionnaires de Korian au même titre que les autres Ehpads du groupe.

A ce sujet, notre demande de nouvel entretien avec la Maire de Lancieux n’a malheureusement toujours pas reçu de réponse.

Bilan de la modification du Plan Local d’Urbanisme

Questions/Réponses concernant la modification du PLU de Lancieux
Le 14 décembre 2021, le Conseil Municipal de Lancieux a voté la modification du PLU. L’action de Lancieux Citoyenne a-t-elle été utile ?
Nous n’avons pas pu empêcher la validation de ce mauvais projet, mais nous avons obtenu des résultats intéressants.
Pourquoi dites-vous que ce projet est mauvais ?
Dans un contexte de forte demande de logements et de volonté nationale de limiter l’artificialisation des terres agricoles, il était vraiment incohérent de diminuer la constructibilité des zones déjà bâties. Devant la flambée des prix de l’immobilier, les pouvoirs publics doivent au contraire utiliser tous les leviers pour permettre aux personnes qui travaillent sur le territoire de se loger sur ce même territoire. 
Ce projet était une “modification” du PLU. Pourquoi prétendez-vous que cela aurait dû être une “révision”, c’est-à-dire une procédure beaucoup plus lourde ?
Le PLU en vigueur, voté fin 2019, comporte un Plan d’Aménagement et de Développement Durable (PADD) ambitieux notamment sur deux points : 
      • réaliser “un minimum de 50% de la production de nouveaux logements dans l’enveloppe urbaine” 
      • “permettre de produire une offre de logements accessibles aux primo accédants et aux ménages actifs (locatifs sociaux et accession abordable)”.

Réduire la possibilité de construire en centre bourg va clairement à l’encontre de ces objectifs du PADD et devrait donc induire une révision complète.

Mais alors, pourquoi n’avez-vous pas obtenu gain de cause ?
Parce que la municipalité a affirmé que ces objectifs seraient tenus en matière de logements construits et nous ne pouvons pas prouver qu’elle ne tiendra pas ses engagements !
Le commissaire enquêteur ne nous a donc pas suivi. Nous le déplorons, mais nous pouvons le comprendre. Entre l’affirmation de la municipalité et celle d’une jeune association, il a pris acte en faisant, a priori et faute d’indicateurs, confiance à la municipalité. Mais dans son commentaire, le commissaire enquêteur est très dubitatif et il souligne que la commune n’a pas de suivi de la construction de logements et de la consommation foncière et qu’elle s’est engagée à en mettre un en place, ce dont il se félicite. Et nous aussi !
Que dit le sous préfet qui est en charge de la bonne exécution des textes ?
Il a la même attitude de confiance a priori envers la municipalité. Tant qu’on ne peut pas prouver que la mairie ne respectera pas ses objectifs, il est impossible de refuser ses projets. 
Mais le sous préfet en profite, judicieusement, pour rappeler à la commune son obligation de présenter un rapport chiffré au plus tard 3 ans après l’approbation du PLU, c’est-à-dire fin 2022. C’est bientôt et nous attendons ce rapport avec intérêt.
Et la municipalité elle-même, que vous a-t-elle dit ?
Rien du tout. Il nous a semblé que les objectifs de logements pour tous via une densification raisonnable et de limitation de l’artificialisation des espaces naturels et agricoles n’étaient pas au cœur de l’action municipale, malgré de beaux discours à ce sujet. A noter que l’opposition municipale a également voté pour la baisse de densification.
Notre réaction a tout de même permis de relever l’emprise au sol en centre ville, qui est passé de 50% dans le projet initial à 70% lors du vote final, soit une augmentation de 40% ! 
Vous semblez bien satisfaits pour des gens qui ont perdu !
Il ne s’agit pas de gagner ou de perdre, il s’agit de savoir si des familles à revenus modestes pourront se loger à Lancieux à l’avenir ou si notre commune se recroqueville entre personnes âgées et riches, qui ne se préoccupent même pas du fait que les personnes qui assurent les services qui leur sont nécessaires (paramédical, assistance de vie,…) sont dans la quasi-impossibilité de se loger sur place sans intervention publique. Notre critique de la procédure n’avait pour but que de souligner notre attachement aux objectifs du Plan d’Aménagement et de Développement Durable rappelés plus haut. 
La municipalité affirme qu’elle les tiendra, elle modifie discrètement l’emprise au sol initialement prévue et le sous-préfet explique comment il surveillera tout cela dès fin 2022. Nous avons aussi communiqué à ce sujet. Les habitants sont peut-être un peu plus informés des enjeux en cours. Ces résultats ne sont pas négligeables. Voila pourquoi nous avons l’impression que l’action de Lancieux Citoyenne n’a pas été inutile. 
voir aussi

Questions concernant le lotissement des “poissonniers 2”.

(crédit P. Icard)

Lancieux le 10 janvier 2022

Madame la Maire,

Le projet de lotissement des “poissonniers 2” est à présent engagé et nous souhaiterions obtenir quelques renseignements et précisions à ce sujet.

Tout d’abord, nous avons constaté qu’une des parcelles non constructible constituant l’assiette foncière du lotissement avait été acquise via un prix d’achat par mètre carré quatre fois inférieur aux autres parcelles. Pouvez vous nous donner la proportion constructible de cette parcelle ?

Le règlement du futur lotissement (art 4) indique qu’un réseau d’eaux pluviales sera réalisé en plus d’une démarche d’infiltration des eaux pluviales à la parcelle. Pouvez vous nous donner le débit de fuite maximum fixé pour les terrains à construire ? Sans définition de cette limite, le dimensionnement de tout réseau aval devient tout simplement impossible. Pouvez vous nous préciser le dimensionnement et le tracé de ce réseau ?

Nous avons noté avec consternation que le règlement du lotissement interdisait explicitement l’installation de panneaux solaires en façade principale (art 11). Ce nouveau lotissement, installé à proximité d’une zone agricole, est éloigné de tout bâtiment historique : pouvez-vous nous préciser les raisons vous amenant à refuser aux habitants le choix d’installer pour leur usage personnel des panneaux solaires sur leur toit ?

Le lotissement comprendra 12 logements locatifs sociaux, ce dont nous nous réjouissons.
Quel sera alors le pourcentage de logements locatifs sociaux de la commune ? Pouvez vous nous préciser qui sera l’opérateur, le futur bailleur, et, compte tenu de l’impérieuse nécessité de limiter les consommations d’énergie par les locataires, si la cible “bâtiment passif” a été demandée par la commune ?

Nous n’avons connaissance d’aucun document publié faisant apparaître le prix de vente des terrains à construire. Pouvez vous nous en donner le montant ?

Afin de garantir, dans le temps long, un prix d’achat raisonnable des habitations à destination de familles à revenus modestes et de lutter contre la revente spéculative, un nouveau mécanisme de Bail Réel Solidaire créé par la loi Alur permet, via un opérateur social local propriétaire du foncier, de séparer la propriété du foncier de celle de la construction.

Compte tenu de la meilleure efficacité de ce dispositif dont des communes voisines, notamment Dinard et Saint Malo, se sont emparées, ne pourriez-vous pas le mettre en œuvre au lotissement des Poissonniers 2 ? Nous avons procédé à une analyse aussi complète et précise que possible entre vos critères d’accession aux lots et le dispositif du BRS. Ainsi que vous pouvez le constater à la lecture de la note jointe, les avantages sont considérables pour les futurs acquéreurs ainsi que pour la commune de Lancieux.

De façon générale, nous constatons que ce projet de lotissement a été mené sans concertation amont avec les acteurs du territoire qui auraient pu apporter de nouvelles solutions et améliorations par rapport à la première séquence du lotissement des Poissonniers 1.
Il est malheureusement possible que faute d’un travail collaboratif préalable tenant compte des évolutions contextuelles et réglementaires, ce projet ne soit pas optimisé et engendre par la suite regrets et critiques.

Nous vous rappelons que la majorité municipale et l’ensemble des habitant.e.s ont intérêt à mûrir collectivement les projets, plutôt que de les voir s’imposer d’en haut dans une forme d’impréparation. C’est l’objectif principal de notre association.

Nous vous remercions par avance de vos réponses et sommes disponibles pour une rencontre nous permettant de discuter de l’ensemble de ces points.

En vous souhaitant une bonne et démocratique année 2022, nous vous prions d’agréer, Madame la Maire, l’expression de nos respectueuses salutations

Vincent Gazeilles, Bernard Dubois
pour Lancieux Citoyenne

P.J. : Annexe analyse comparée Poissonniers BRS

Enquête sur la sécurité à Lancieux : nous prendrait-on pour des idiots ?

Après un premier épisode concernant la sécurité et la vidéosurveillance il y a quelques mois, la mairie poursuit son obsession via un questionnaire distribué avec le journal “La mouette” de novembre.


Favoriser la concertation est une excellente démarche. Mais ici, cette démarche est-elle sincère, a-t-on envie d’un débat éclairé ou bien ne nous prendrait-on pas légèrement pour des idiots ?
Des questions qui peuvent légitimement se poser en analysant le questionnaire.

Après quelques questions concernant la vitesse des véhicules, les sujets de la vidéosurveillance et des voisins vigilants sont abordés d’une façon si particulière que l’on peut s’interroger sur l’objectif de l’enquête…
Les questions, les voici :

Question mairie : Vous sentez vous entièrement en sécurité à Lancieux ? oui/non, pourquoi ?
Le mot “entièrement” ou “vraiment” dans une question de ce genre participe à ce qu’on appelle une question orientée. Le risque zéro n’existant pas et la sécurité totale non plus, il est probable que la majorité des réponses seront négatives même si Lancieux n’est pas une zone dangereuse. Il est presque amusant de voir que, pour aboutir au dispositif que la mairie souhaite installer coûte que coûte, elle en vienne à pousser les habitants à considérer que leur ville est moins sûre qu’il n’y paraît.
Une démarche particulièrement surprenante de la part d’une commune qui bénéficie d’un fort tourisme familial.

Question mairie : Pensez-vous que la vidéo-protection (images conservées 20 jours maximum et consultables uniquement par les forces de l’ordre et dans le strict cadre d’une enquête ordonnées par celles-ci) contribuait à améliorer la sécurité contre la délinquance, les incivilités, les dégradations, les cambriolages ?
Que penser de cette question fourre-tout au sujet de la vidéosurveillance où se retrouve amalgamé l’ensemble des faits délictueux imaginables ? Avec cet inventaire complet, l’auteur du texte espère sans doute qu’un des items conduira à une réponse positive à la question. La ficelle est un peu grosse.

Mais surtout, le fait que la personne sondée “pense” (pensez-vous) que tel ou tel système est utile ou non est-il une preuve de l’efficacité dudit système justifiant sa mise en œuvre ? Bien sûr que non !
Nous nous trouvons ici au cœur d’une manœuvre consistant à appuyer d’éventuels choix politiques sur une simple impression populaire, impression non étayée par des résultats scientifiques et sociologiques.

Ces études scientifiques existent pourtant et la mairie ne peut les ignorer. Voilà plus de vingt ans que la vidéosurveillance est en service dans nombre de territoires. Contrairement à ce qu’affirme la mairie sans aucun argument, elle n’a quasiment aucune incidence sur la prévention des faits délictueux et le système envisagé par la mairie ne permet, que dans de très rares cas, de retrouver les auteurs d’infractions (moins de 5%, voir les études de Laurent Mucchelli, Directeur de recherche au CNRS https://www.armand-colin.com/vous-etes-filmes-enquete-sur-le-bluff-de-la-videosurveillance-9782200621230).

Du coté de la concertation, rappelons qu’il y a quelques mois, une pétition contre la vidéosurveillance à Lancieux avait recueilli près de 150 signatures. Pas de quoi modifier l’envie pressante de la mairie dirait-on.

Question mairie : Est-ce que s’entraider entre voisin pour signaler des anomalies de mouvement près des habitations est une bonne chose ? oui/non, pourquoi ?
Qui répondra “non” au principe d’entraide ? Peu de monde, c’est certain. La difficulté, y compris dans la formulation de la question, est bien de savoir ce qui constitue une “anomalie de mouvement” et ce qui appelle à la signaler. Une problématique essentielle à laquelle un sondage ne peut répondre.

Question mairie : Pensez-vous qu’informer les forces de l’ordre de quelque chose d’anormal autour de chez soi contribue à renforcer leur réactivité et leur efficacité ? oui/non, pourquoi ?
Ici encore, vu la formulation, les réponses sont largement prévisibles. La question corollaire est donc : à quoi sert cette question ? N’est-on pas au milieu d’une manipulation pour recueillir facilement des soutiens. Quel que soit le projet à suivre, la méthode n’est pas correcte.


La municipalité de Lancieux s’est visiblement forgée la conviction qu’il fallait faire “quelque chose” contre quelques faits et cambriolages dont toutes les villes françaises sont hélas victimes. Selon la mairie, il y a eu 56 cambriolages en près de 4 ans soit 1,2 par mois. C’est toujours trop mais Lancieux reste une ville très sûre.

La sécurité des habitants est un vaste sujet. S’il ne faut certainement pas le négliger, il est important d’éviter la gesticulation et les gadgets techniques, inefficaces et dispendieux qui, de surcroît, induisent une atmosphère anxiogène sur un territoire apaisé.
Quels sont les projets des villes de notre taille qui ont donné satisfaction, c’est-à-dire des résultats concrets et pas un simple effet d’esbroufe ?

CONCRÈTEMENT…

Il aurait été intéressant d’en savoir un peu plus sur les conditions de dépouillement et l’analyse de cette pseudo enquête que l’on peut remplir anonymement autant de fois qu’on le souhaite sur Internet en pouvant même, à une même question, de répondre oui et non en même temps ! Qu’en fera la mairie ?
A quand un groupe de travail sur la concertation et la démocratie locale ?

Concernant la sécurité routière à Lancieux, nous demandons la création d’une commission extra-municipale dédiée pour avancer concrètement en matière d’aménagements adaptés, notamment pour les cyclistes et les piétons.
Dans cette attente, nous participerons au futur groupe de travail sécurité que la municipalité souhaite créer. A ce jour, nous ne connaissons rien de ses objectifs et modalité de travail. A suivre donc.

Concernant les citoyens relais des forces de l’ordre, ce dispositif pourra peut-être marginalement prévenir quelques délits. Il pose la question de la formation, de la démarche, de l’étendue des missions, voire de la sécurité physique des intervenants dont ce n’est pas le métier. On aimerait en savoir davantage. La mairie annonce un café débat dont le thème sera la sécurité. Ce débat est prévu le 18 décembre prochain.

Concernant la vidéosurveillance, nous dénonçons un projet aussi inutile que coûteux pour notre commune. On nous parle de subventions pour amoindrir le coût de cet équipement. Mais les subventions départementales, régionales ou nationales sont également issues de nos contributions fiscales.
Tout en étant inefficace, ce projet municipal de vidéosurveillance est également un pas vers la banalisation des systèmes plus sophistiqués de fichage et autres reconnaissances faciales qui menacent, à terme, l’ensemble de nos libertés individuelles.

Dans ce contexte, via notre pétition, nous vous invitons vivement à demander aux élus de Lancieux de ne pas installer de système de vidéosurveillance dans l’espace public.

 

Pétition. Vidéosurveillance à Lancieux : NON MERCI !

La Mairie de Lancieux relance son projet d’installation de caméras de vidéosurveillance en ville.  Aller directement à la signature

Ce système est souvent présenté comme efficace et dissuasif des faits de délinquance. Mais les analyses, réalisées avec plusieurs dizaines d’années de recul, démontrent à la fois que l’impact sur la délinquance est très faible et que le principal résultat tangible est une surveillance des mouvements de la population locale.

Les personnes mal intentionnées s’adaptent (camouflage des visages et des plaques d’immatriculation) ou changent de cibles (pour éviter le champ de la caméra). Sauf à mettre des caméras partout (ce que nous ne proposons pas…), leur présence ne fait que déplacer les problèmes.
Quant à l’aide aux interpellations à l’issue des enquêtes de gendarmerie, elle est inférieure à 5% des cas.

Pourquoi donc engager des dépenses publiques en investissement et en fonctionnement ?

De plus, tout en étant inefficace, ce projet municipal est un pas vers la banalisation des systèmes plus sophistiqués de surveillance permanente, de fichage et autres reconnaissances faciales qui menacent, à terme, l’ensemble de nos libertés individuelles.

Voir aussi :

Se souvenant certainement d’une pétition contre la vidéosurveillance qui avait reçu 150 signatures en début d’année, la mairie de Lancieux propose un questionnaire pour justifier la mise en œuvre de ce projet. Le fond et la forme sont surréalistes : les questions sont outrageusement orientées, il est possible de voter anonymement plusieurs fois et même de répondre oui et non simultanément aux questions posées.
Tout cela n’est pas sérieux (voir notre analyse).

C’est pourquoi Lancieux Citoyenne lance cette pétition à l’attention des élus de Lancieux, qu’elle vous propose de signer ci-dessous (une seule signature possible par adresse électronique, seuls votre prénom, la première lettre de votre nom et votre ville seront affichés sur cette page ; vos coordonnées ne seront pas transmises en mairie).

Je demande aux élus de Lancieux de ne pas installer de caméras de vidéosurveillance sur l’espace public de la commune.

Vidéosurveillance à Lancieux : NON MERCI !

120 signatures
Dernières Signatures
120 Violette R. lancieux 12/01/2022
119 Locher L. Quévert 08/01/2022
118 jacques-yves m. le relecq-kerhuon 07/01/2022
117 Benoit P. Lancieux 27/12/2021
116 Francoise G. Lancieux 26/12/2021
115 Jean louis P. Lancieux 26/12/2021
114 Philippe L. Dinard 26/12/2021
113 Marianne S. Rennes 25/12/2021
112 Stephane A. Lancieux 23/12/2021
111 Nathalie D. Lancieux 18/12/2021
110 Yohann E. St cast le guildo 14/12/2021
109 Fabien W. Saint-Briac-Sur-Mer 13/12/2021
108 Catherine B. Chevaigne 13/12/2021
107 Nadia B. Saint samson sur rance 13/12/2021
106 Jean-Michel Q. Beaussais sur Mer 11/12/2021

Demande d’engagements écologiques pour la reconstruction de la salle des fêtes


Courrier adressé à Mme La Maire de Lancieux concernant les objectifs de construction écologique de la nouvelle salle des fêtes.

N’hésitez surtout pas à commenter positivement notre article et à contacter la mairie à ce sujet (mairie.lancieux@wanadoo.fr).

Lancieux le 8/11/2021

Madame la Maire,

Dans le cadre du café débat du 23 octobre dernier, nous avons bien noté le choix de la municipalité de s’orienter vers une reconstruction de la salle des fêtes de Lancieux.

Il nous paraît alors essentiel de retenir dès à présent le principe d’un bâtiment passif et d’une installation photovoltaïque en toiture conformément aux engagements nationaux de lutte contre l’effet de serre et de production d’énergie renouvelable.

Quand les prix de l’énergie s’envolent durablement, le choix d’un ouvrage passif à très basse consommation devient un impératif pour minimiser les frais de fonctionnement sur des décennies tout en limitant les impacts climatiques.

De même, comme vous ne pouvez l’ignorer, le refus de la majorité municipale de demander au cabinet d’architecte, dès le stade de la pré-étude, l’installation d’équipements photovoltaïques revient à obérer gravement les possibilités d’implantation ultérieure.
Sans parvenir à comprendre l’obstruction de votre majorité municipale vis-à-vis de ces dispositifs d’énergie renouvelable, nous insistons également sur le caractère rentable de ces opérations de vente d’électricité photovoltaïque compte tenu du prix de rachat garanti pendant 20 ans.

Pour des raisons écologiques et de bonne gestion des finances publiques, nous vous invitons à donner une suite favorable à nos propositions.

Nous renouvelons enfin notre souhait de sollicitation de la population concernant ces choix via la rubrique “échange participatif” du site Internet de la commune qui reste désespérément inchangé depuis mars dernier.

Restant à votre disposition pour toute rencontre nous permettant de travailler collectivement à l’amélioration de ce projet, veuillez recevoir, Madame la Maire, l’expression de nos salutations les meilleures.


Pour Lancieux Citoyenne,
Vincent Gazeilles, président ; Bernard Dubois, secrétaire.